Ce forum s'adresse particulièrement aux fans du manga de La Quête de Dai ou, sous le nom japonais, Dai no Daiboken
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La difficulté d'aimer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: La difficulté d'aimer   Lun 4 Avr - 18:44

L'une de mes fics sur Dragon Quest - La Quête de Dai.

Je comprendrait qu'elle ne plaise pas énormément, car, après tout, ce n'est pas une fic de combat, mais plus une fic sentimentale.

Après tout, j'adore les histoires des triangles amoureux de Dragon Quest, notamment le Pop x Maam x Hyunckel ^^

Alors je posterai bientôt le chapitre 1 : La nostalgie du daimadoshi

Voilà, pour le moment : prologue ^^

___________

Songeur, plongé dans ses souvenirs, rattaché au passé, c'est tout ce qui pouvait décrire le magicien de la troupe. Après six mois de recherche, il n'avait toujours rien trouvé. Dai restait introuvable.

Comment ne pas se laisser démoralisé, comment faisait les autres pour rester de bonne humeur ? Il l'ignorait, il ne voulait pas le savoir.

Dai, revient petit crétin !!!


___________

Voilà, un petit prologue fait à la va-vite, j'espère que ça donne envie de le lire ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Pop
Admin
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 03/04/2011
Age : 21

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Lun 4 Avr - 18:59

LA SUITE, LA SUITE !!

Fic sentimentale ou pas, c'est pas grave, c'est la qualité qui compte !

La suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skyward-sward.forums-actifs.net
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Mer 6 Avr - 15:25

Bon, et bien, puisque c'est demandé si gentiment, je m'y mets, j'ai déjà 6 chapitres de prêts. Je vais essayé d'en donné au moins un par semaine, plus si possible, positivons Very Happy

Donc, voilà le chapitre 1

Chapitre 1 : La nostalgie du daimadoshi

Vearn est X_X depuis près de six mois déjà. Six mois passés dans la douleur et la tristesse depuis le moment ou l'espoir de retrouver Dai a été éteint. On avait cherche partout mais en vain. Bien entendu, le joyau de l'épée de Dai brillait toujours, mais c'était la seule raison d'espérer.
Toute l'équipe préférait rester ensemble, au cas ou. Même si un membre de l'equipe, le héros, manquait, c'etait toujours leur devoir de proteger cette Terre. Ainsi chacun logeait au Palais du Papnica, regrettant leur ami.

- Pop ?

Le magicien était perdu dans ses songes. Il était dehors allonge dans l'herbe sur le bord d'une falaise en face de la mer du Papnica. Il scrutait l'horizon, fixait les nuages, il espérait. Car c'est tous ce qu'il pouvait faire, espérer.

- Pop ?

Tellement concentre sur le ciel bleu azure, Pop ne se rendit même pas compte de la présence derrière lui. La voix se fit plus forte afin d'être entendu.

- Pop ?!?

- Hem, oui ? Qu'est-ce qu'il y a Croco ?

Crocodin était arrive. L'énorme crocodile rose fixait le daimadoshi de son œil valide avant de parler :

- Merle te cherches partout depuis des heures.

- Ah.

C'est tout l'effet que ca te fait ?

- Mm,

Pop laissait son ami perplexe. Celui semblait réfléchir, puis son regard s'illumina, signe qu'il avait compris quelque chose :

- Tu pensais à Dai, hein ?

- Hmmm.

Le reptilien, compréhensif, s'assis aux côtés de son ami. Débuter la discussion sur Dai avec le magicien n'allait pas être chose aisée :

- Cela fait maintenant six mois.

Voyant que son ami ne savait pas comment entamée la discussion, Pop l'a fait a sa place :

- Oui, en effet.

Il y eut un bref silence. Un silence pesant, si bien que l'ex roi des fauves le brisa :

- Je sais que Dai te manques, mais ce n'est pas en réagissant ainsi qu'il va revenir.

- Tu crois peut-être que je l'ignore ?

Crocodin, surpris par le ton employé par son ami, écarquilla les yeux. Pop, désolé, se reprit :

- Ah, pardon, c'est juste que je ne sais pas ce que je peux faire d'autres. Les autres ont déjà tourner la page. Trop vite d'ailleurs.

- Je ne penses pas qu'ils aient oublier Dai, si c'est ce que tu insinue. Ils sont justes réalistes, et ont accepté le fait de ne rien pouvoir faire pour aider.

- …

- Regardes la princesse, tu ne crois quand même pas qu'elle a pu oublier son héros ? Elle a pleurer toutes les larmes de son corps pendant une semaine enfermé dans sa chambre avant qu'Eimi réussit à l'en sortir.

- M'oui, tu as raison.

Le silence retomba, après tout, Léona se devait de se reprendre, à cause de ses responsabilitées de princesse. Crocodin reprit alors :

- Et puis, tant que le joyau de l'Épée de Dai brille, on sait qu'il reviendra.

- Mais qu'est-ce qu'on peut bien faire en attendant son éventuel retour ?

Crocodin réfléchit deux minutes, puis il soupira longuement avant de répondre finalement :

- En tout cas, pas ce que tu fais.

- Pardon ?!?

Sous l'air étonné et incompris du daimadoshi, il s'empressa de précisé :

- Merle est très inquiète de te voir dans cet état de mollusque. Tu sais bien qu'elle n'a pas besoin de ça.

- Oui, sa grand-mère est allitée, mais elle devrait bientôt sortit de son lit d'hôpital.

- C'est la que tu te trompes.

Étonné, Pop interrogea son ami du regards, celui-ci rajouta :

- Elle n'en a plus pour longtemps.

Silence

Pop, choqué, baissa le regards l'air désolé. Il ignorait ça, et ça faisait des semaines qu'il s'était montré distant à l'égard de Merle, et de Maam, et des autres d'ailleurs. Il n'avait pas fait attention à la voyante alors qu'elle, elle s'inquiétait toujours pour lui, et là, c'est elle qui avait besoin de lui, et lui, il n'avait même pas remarqué sa détresse. Quel Con !

Voyant le regard désemparé de son ami, Croco s'emprit de le conseiller :

- Va la voir, il n'est pas trop tard.

- Mmh, merci.

- Y' a pas de quoi !

Pop rentra le cœur un peu moins lourd, il devait parler à Merle et s'excuser auprès de Maam. Il lui a fait sa déclaration, et après, il est trop tourmenté pour écouter sa réponse.

Quand il arriva au palais, il vit une ombre devant la porte d'entrée. En se rapprochant un peu, le doute n'était plus permis, des cheveux noirs en batailles, un corps svelte, une cicatrice sur la joue. Était-ce une hallucination ? Non. C'était lui. C'était Dai.


_____________


Et voilà, j'éspere que ce n'est pas un peu trop guimauve Embarassed

M'enfin, bref, j'attends vos impressions, vos conseils, vos compliments ( si il y en a :silent: ) et, bah, tout ce qui va avec ;)

Fille des Enfers


Dernière édition par Fille des Enfers le Dim 14 Aoû - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Suite de la Fic   Jeu 14 Avr - 17:28

Bon, bah, voilà la suite si peu attendu :evil:

Ca devient u peu moins guimauve, j'suis contente Very Happy

Mais ça reste pas terrible non plus Embarassed

Enfin bon, c'est à vous de juger, enfin, à toi Pop, parce-que pour l'instant, t'es le seul inscrit Laughing

Chapitre 2 : Le retour du héros


C'était lui. C'était Dai.

- Dai !! hurla le daimadoshi fou de joie à l'idée de voir son meilleur ami de retour, bien qu'il ne soit pas sûr que la personne qu'il a sous les yeux était bien réelle

Quand il arriva à sa hauteur, le visage du daimadoshi se fendit d'un large sourire, il posa la main sur l'épaule de son ami.

Étrangement celui-ci ne réagit pas, il tourna lentement la tête vers son ami, son ami de toujours. Faiblement, il s'efforça de prononcer quelques mots :

- Po .. Pop .. p .. A .. L'ai ..

Dai s'évanouit, il s'écroula dans les bras de son ami. Pop se précipita à l'intérieur du palais, Dai sur son dos et il se mit à hurler complètement affolé :

- Dai, Dai est de retour, vite des soins, Hoimi, Behoimi, Behoma, vite !!! hurla le magicien en invoquant ses propres incantations de guérison

Ameuté par le bruit, les autres arrivèrent vite, Léona en tête à la vue de Dai, deux émotions se partageaient son cœur La joie, la joie de retrouver Dai, son héros. Mais aussi la peur, la peur de le perdre à nouveau à cause des blessures affolantes du chevalier du dragon.

- Dai !!!!

C'est finalement la peur qui l'emporta. Léona se précipita auprès du jeune garçon, affolé et invoqua immédiatement Behoma.

Les autres s'approchaient. Quand l'état de Dai se stabilisa, Léona conduit Pop, qui portait toujours Dai sur le dos, à l'hôpital du Papnica. Ils le laissèrent se reposer, mais Léona insista pour rester à ses côtés, ce que Pop comprit très bien. Il décida de les laisser, et il retourna au palais.

- Quand il fut rentrer, il fut assaillit de question de toutes parts, ses amis s'inquiétaient :

- Où est Dai ??

- Comment va-t-il ??

- Va-t-il s'en sortir ??

- Ou l'as tu retrouver ??

- Quel heure est-il ??

Et j'en passes, pour seule réponse, Pop dit :

- Il va bien.

C'était peu, mais suffisant pour rassurer ses amis. Mais Eimi rajouta une question :

- Où est la princesse Léona ??

Pop se mit à sourire, à rire intérieurement. L'interrogement des autres à ce sujet l'amusait, beaucoup même.

- Pourquoi ris-tu Pop ? Demanda Maam sévère.

- Pour rien, pour rien, ( à Eimi ), pour répondre àa ta question Eimi, la princesse est auprès du héros de son cœur

Tout le monde comprit le message, et tous sourirent. Rassurés chacun retourna à ses occupations, bien que personne n'est grand chose a faire. Sur le coup, Pop ne pensait plus qu'a Dai, à son rétablissement, et surtout à ce qu'avait du ressentir Léona en revoyant SON héros

A cette pensée, la vision de Merle revint à l'esprit du magicien. Quel abruti ! Il l'avait encore oublié, alors qu'il s'était promis de lui parler. Il fallait la retrouver. Aussitôt, il se mit à sa recherche. C'est dans un couloir qu'il croisa son maitre d'armes.

- Ah, maitre !!!

- Pop, qu'y a-t-il ?

- Maitre, vous ne savez pas où est Merle par hasard ?

- Mmh, si bien sur, elle est allé à l'hôpital où est hospitalisé sa grand mère.

- Ah, je vois. Et vous savez vers quelle heure elle revient, je ne vais pas la dérangé pendant qu'elle veille sur sa grand-mère.

- Heu, je penses qu'elle sera la pour le diner.

En remerciant son professeur, Pop retourna dans sa chambre avec la ferme attention de parler à la voyante aussitôt que l'occasion se présenterai, soit au diner.
_____________

A l'heure du repas du soir, tous retournèrent dans la salle de repas. Léona n'était toujours pas revenu, aussi, Marine le fit remarquer :

- La princesse reste auprès de son héros pour la nuit aussi, elle est pourtant trop jeune pour ce genre de chose, fit-elle d'une voie pleine de sous-entendu.

- Oh, ne lui en veux pas trop, ça fait bien six mois qu'elle attend cela, répondit le nouveau roi de Carl.

Chacun interpréta le message à sa façon, bien que la plupart rirent.

A cet instant, Merle rentra dans la salle, et après avoir salué tout le monde s'installa à table auprès de ses amis.

Pop se dit qu'il ne pouvait pas s'excuser, et encore moins aborder le sujet de la vieille Nabara devant tout le monde. Il décida alors de patienter jusqu'à la fin du repas avant d'aller lui parler, et aussi de réfléchir comment aborder le sujet.

C'est à ce moment qu'un garde arriva. Il informa qu'il devait parler à une personne se trouvant dans la pièce, et que c'était très important.

- Mlle Maam est elle dans la salle ?

Maam se leva, étonnée, et se dirigea vers le garde demandant ce que tout le monde avait envie de savoir.

- Heu, que me voulez vous ?

- Vous êtes bien Maam, la fille de Roka et Leila du village de Neiru ?

- Oui, pourquoi ??

- Et bien, c'est difficile à dire …

- Allez, arrêtez de tourner autour du pot !!

- Vous vous souvenez des Pillard of Vearn ??

- Oui, bien sur, les bombardements étaient aveugles, si je me souviens bien.

- …

- Nan, vous voulez dire que …

- Neiru, votre village natal a été détruit, il n'y a aucun survivant.


___________


Et voilà, quand je disais que c'est moins guimauve Twisted Evil

Ça reste pas terrible, alors j'attends les commentaires


Dernière édition par Fille des Enfers le Dim 14 Aoû - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Lun 11 Juil - 21:40

Double post, mais bon, tant pis Sad

Voici le chapitre 3 :

Les tourments de la butôka :



Suite à la revelation du garde sur l'etat du village, Maam partit s'enfermer dans la chambre que lui avait octroyer Léona. Tout le monde dans la pièce eut grande peine pour elle. La jeune fille restait là, dans la chambre, au pied du lit, les yeux emplits de larmes qui ne cessaient de couler le long de son visage fin. Elle serrait dans ses bras un oreiller, elle le serrait aussi fort qu'elle le pouvait, comme si ce geste pouvait dissiper sa tristesse. Des dizaines de Flash Back lui revenait en memoire :

Les jours qu'elle avait passe avec ses parents, la gentillesse de sa mère, la maladresse de son père, les sages conseils du doyen du village, puis la naissance de Mina. Tout les habitants du village défilaient devant ses yeux les uns après les autres. Chaque jour qu'elle avait passé auprès d'eux lui revenait en mémoire, puis le jour où sa mère lui appris la X_X de Roka, la tristesse qui s'en était suivit, et le soutien de tous les habitants envers elle.

Ce jour-là aussi elle avait beaucoup pleurer. Son père était quelqu'un de très maladroit, mais aussi de sincère et d'honnête. Il s'était toujours montrer très affectueux envers sa fille. Puis revint en sa mémoire le jour où elle avait décider de quitter le village pour aider Dai et Pop à venger le maitre, particulièrement le moment où elle avait fait ses '' au revoirs '' à tous les habitants, et que ceux-ci lui dirent de ne pas s'en faire.

Au fond d'elle, à ce moment là, elle savait qu'ils n'étaient pas à la hauteur, qu'ils ne pourraient pas s'en sortir face aux monstres. Mais l'envie de partir était plus forte que tout, elle voulait tant voyager avec ses nouveaux amis qu'elle en avait oublier son rôle au village. Si seulement, si seulement elle y avait penser, si seulement elle avait pu prévoir, si seulement elle avait fait taire cette envie de voyage, si seulement elle s'était montrer moins égoïste, peut-être, peut-être que …

Elle éclata en sanglots.

On frappa a la porte, elle ne réagit pas, elle ne s'en rendait même pas compte. La porte s'ouvrit laissant entrer le magicien, il lui demanda doucement, d'une voie très faible :

- Je peux entrer ?

La jeune fille ne répondit pas, c'est à peine si elle s'était rendu compte de sa présence. Assise au pied du lit, elle ne leva même pas la tête en la direction de son ami. Celui-ci doucement, de peur de la brusquer, s'agenouilla devant elle, et dégagea quelques mèches de cheveux qui l'empechait de voir le visage la jeune fille. Quand il vit les larmes perlant de ses yeux verts, d'habitudes si émanant de tendresse, mais aujourd'hui vides de toutes émotions, un énorme malaise s'empara de lui. Il ne savait plus quoi dire. Peut-être qu'il n'y avait rien à dire.

- Pourquoi es-tu là ?

La voie de la butoka était à peine audible. Un silence suivit cette question, le magicien semblait chercher ses mots, ce qui n'était pas chose aisée.

- Je suis juste venu voir comment tu allais, ça nous inquiète, tu sais. Je voulais juste te dire que, on ne peut rien faire pour t'aider, mais saches qu'on est tous avec toi, et on te soutiendra autant de temps qu'il le faudra !!

Entendre ces mots aurait dû être un grand réconfort, mais c'est à peine si la combattante leva les yeux. Elle laissa un bref '' Merci '' d'une voie qui se voulait être encourageante, mais qui était bien tout le contraire.

Le magicien profita de cet instant pour s'excuser de son attitude durant ces derniers jours, de sa distance vis à vis d'elle et des autres.

- Ce n'est rien.

On aurait pu douter qu'elle ai vraiment écouter les paroles du jeune homme, tant ça voie ne laissait transparaitre que l'indifférence. Le magicien ne pouvait rien faire de plus pour le moment. Il décida de la laisser se reposer, et sortit laissant la jeune fille seule dans la chambre. Une fois sortit de la pièce sombre et silencieuse, il fut assaillit de questions. Tous étaient inquiets, pour l'état morale de Maam. Le plus inquiet semblait être Hyunkel dont, contrairement à ses habitudes, le regard exprimait la tristesse et surtout la peur tant sa crainte pour la butôka était grande.

- Comment va-t-elle ?

- Elle est effondrée, se contenta de répondre le magicien.

- Est-ce qu'il y a quoique ce soit que l'on puisse faire pour elle ?? reprit Larhalt, qui s'inquiétait également.

Après la bataille contre Vearn, le lancier était devenu très ami avec la jeune fille, agréablement surpris qu'elle ai si peu de préjugé à son égard.

Pop se contenta de répondre qu'elle avait besoin de repos. Une réponse qui ne satisfaisait personne. Tous se sentant inutile, tous se sentait très mal pour Maam. Ce qui révélait une facette caché de la personnalité du guerrier immortel.

- Alors il faut mieux la laisser, dit-il avant de partir à la chambre que lui avait octroyé Léona.

Si il est partit, ce n'est pas parce-qu'il avait honte de ne pouvoir rien faire, enfin si, un peu. Mais c'est surtout parce-qu'il avait également besoin de se reposer. Il connaissait parfaitement les sentiments qu'éprouvait Maam en ce moment. La douleur de perdre ceux qui nous sont chers, les regrets qui s'accumulent sans raisons, et les flash backs de tous les bons moments passés avec eux.

Lui aussi avait perdu quelqu'un de la même façon : son père adoptif. Et il en avait souffert au point de rejeter sa rancoeur envers tout le monde et n'importe qui. C'est fou de voir à quel point Maam réagit à l'inverse, en rejetant entièrement la faute sur elle-même.

Il voudrait tant l'aider à passer le cap. Après tout, c'est grâce à Maam si Hyunckel a pu faire table rase du passé. Il lui est redevable sur ce point, et pourtant, il ne peut rien faire !! Quel nul !!!

- Désolé, Maam. Désolé !

En répétant ces mots, il croyait peut-être calmer cette colère contre lui-même, contre cette impuissance. Mais il ne faisait que remuer le couteau dans la plaie, et en souffrait davantage.

_________________


Suite à sa discussion avec Maam, Pop se sentait soulager d'un poids. S'excuser auprès de Maam lui avait fait le plus grand bien. Restait Merle qui, bien qu'elle ne s'entende pas très bien avec la butoka, était également très inquiète. Avec tout ce qui s'était passé, il n' avait pas eut le temps de lui parler. Il l'appela donc :

- Merle !!

La jeune fille se retourna. Quand elle vit le magicien, elle s'efforça de sourire, contente qu'il lui reparle enfin.

- Pop ?!

Elle reprit un air inquiet quand elle vit le visage de son ami, un visage sérieux et déterminé, avec une pointe d'excuse dans le regard.

- Merle, je peux te parler une seconde ?

C'était inattendu (sauf pour nous, lecteurs ^^), mais la voyante accepta, et ils s'éclipsèrent. Sous l'air interroge de la jeune fille, Pop ne sut pas quoi dire. Il cherchait ses mots pour entamer la discussion. Mais cette simple recherche était un véritable dilemme. Comment engager un dialogue aussi délicat ?




Et voilà, Smile

PS : Mes fanfictions sont également poster sur FanFic.net pour ceux qui préfére lire là-bas ou qui sont inscrits là-bas Smile


Dernière édition par Fille des Enfers le Dim 14 Aoû - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Jeu 28 Juil - 23:05


Bon, et bien, c'est parti pour le chapitre 4 :

La solitude de la voyante :


Comment engager un dialogue aussi délicat ? Par des mots, sans aucun doutes, mais par lesquels ? Comment Pop pouvait-il s'excuser pour sa distance auprès de la jeune fille qui l'aimait plus que tout au monde, qui l'avait toujours soutenu malgré les difficultés, et qui a cru en lui quand les autres ne le faisait pas ? A cette fille, comment pouvait-il demander pardon pour son sa distance, son indifférence de ces derniers jours ? Pour l'avoir complètement délaisser ?

- Pop ?

A l'appel de son nom, le magicien réagit. Il releva la tête, et plongea son regards dans les yeux noirs corneilles de la voyante. Ces yeux qui l'avaient toujours admiré et encouragé. Quand le jeune homme vit dans ce regard tous les sentiments que la jeune fille éprouvait pour lui, il ne put retenir :

- Pardon !!

- Hein ?! Mais de quoi, voyons ? Répondit la jeune voyante apparement surprise d'une telle réaction.

- Pardon Merle !! Pardon, pardon, mille fois pardon !!! dit-il en baissant les yeux.

La jeune fille posa sa main sur l'épaule du daimadoshi, et lui releva doucement la tête. Elle reprit d'une voie douce :

- Mais voyons, Pop. De quoi parles-tu ?

Voyant le doux sourire que lui lançait Merle, Pop ne se retînt plus et vida littéralement toutes ses émotions :

- Pardon de t'avoir délaissé, de t'avoir complètement ignoré ces derniers jours, et surtout, pardon de ne pas t'avoir soutenu pendant cette période difficile !!!

Merle écarquilla les yeux, ses yeux ébènes dans lesquels on pouvait lire la surprise, ses yeux que le magicien fuyait en baissant la tête et en fixant le sol. A nouveau, elle le releva et le questionna :

- De quelle période difficile parles-tu, Pop ?

- Croco m'a tout dit.

- Mais de quoi ?

- Ta grand-mère est mourrante n'est-ce pas ?!?

Aussitôt, le silence pesa. Un silence inquiétant et désagréable. On pouvait entendre les bruits de pas des gens dans la pièce d'à côté. Pop continua :

- Désolé.

Merle ne répondit pas, ne bougea pas, ne réagit pas. Pop répéta :

- Désolé.

- Ce n'est pas ta faute, répondit enfin Merle en fixant le sol, avant de relever les yeux.

- Pardon.

- Ce n'est pas de ta faute si grand-mère n'en a plus pour longtemps, tu sais, dit-elle en souriant. Tu n'as pas à t'excuser.

- Mais .. Je .. J'aurai du ..

Pop n'arrivait plus à trouver ses mots. Le sourire de Merle était rayonnant, mais c'était impossible qu'il soit sincère. Pas avec toute la tristesse qui se lisait dans ses yeux. C'est un paradoxe !! Elle mentait pour ne pas l'inquiéter. Le magicienen était sûr.

- Au fait, comment va Maam ?

Et maintenant, elle fuyait la discussion en changeant de sujet. Il avait déjà répondu tout à l'heure.

- Ne t'inquiètes pas pour elle, elle va bien. Elle a juste besoin de repos.

- Tu sais Pop, c'est elle qui a le plus besoin de ton soutien. C'est elle qui traverse une période difficile.

Merle avait raison sur un point. Maam souffrait beaucoup en ce moment même. C'est un fait que l'on ne peut nier. Mais ..

- Mais elle a plus besoin d'être seule un moment que de mon soutien.

- Tu as peut-être raison.

A nouveau, le silence s'installa. Le vent lui-même s'arreta de souffler pour ne laisser aucun son. Un silence que personne n'osait briser durant lequel tout deux s'évitait du regard sans raison apparente. Soudain, un son, le premier depuis de longues minutes, retentit. Des bruits de pas qui s'avançait.

- Ah, Merle, je te cherchais !!

C'était Nova, le héros du Nord. Il s'avança vers Merle et reprit la discussion

- Merle, j'aurai bseoin de toi deux minutes, ça ne te dérange pas ?

- Non, non, ne t'inquiètes pas, répondit-elle de son sourire.

Nova se tourna vers Pop et reprit en rigolant :

- Je te l'empruntes deux minutes et je te la ramènes comme neuve, promis ! Plaisanta-t-il.

En rentrant dans son jeu, le magicien plaisanta à son tour :

- Ok, je te la prêtes, mais tu la casses pas, hein ? Tu me la ramènera plus tard, je dois passer rendre visite à Dai !!

Merle sourit, sincèrement cette fois, en voyant les deux hommes rigoler à son sujet. Elle était contente qu'ils s'entendent. Nova continua :

- Dai ? Bah, dans ce cas, tu lui diras bonjour de ma part.

- Pas de problèmes !!

Le magicien partit pour l'hôpital laissant une discussion qui lui semblait inachevée. Il aurait pu se rendre à l'hôpital d'un '' Lura '', mais il préférait marcher. Il avait besoin de réfléchir un peu.

Nova lui semblait très proche de Merle. Peut-être que si Merle allait mieux qu'il ne le pensait, c'est parce-que Nova la soutenait ? Cette idée l'a énervé dés qu'il a vu le héros. Mais se mettre en colère ainsi montrerait qu'il est jaloux, et s'énerver après Nova serait vraiment puéril. C'est bien la dernière impression qu'il voulait donner à Merle.

Dans son amour pour Maam, il s'énervait souvent après Hyunckel sans raison ( bon, des fois, il le cherchait aussi ). Mais à chaque fois, c'est lui qui était ridicule. Pas question de se faire un nouveau rival.

Après s'être giflée mentalement, le magicien arriva à l'hôpital.

______________

Et voilà, j'espère que c'est pas trop à l'eau de rose Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Dim 14 Aoû - 22:00

Le chapitre 4 est désormais disponible Smile

Le soulagement de la princesse



Arrive a l'entree de l'immeuble qui servait de grand hopital du Papnica, le magicien entra, et demanda le numero de la chambre de son ami. Chambre 115. Bon, bah direction chambre 115.

En arrivant, on pouvait apercevoir que la porte etait entrouverte. Curieux, le daimadoshi tendit l'oreille, on pouvait entendre des larmes, des sanglots, la souvereine de Papnica pleurait toutes les larmes de son corps. Elle avait tant attendu ce moment. Le moment ou elle pourrait enfin tenir la main de SON heros.

En tendant l'oeil, le disciple du courage pouvait apercevoir le visage de Léona, pose sur le torse de son heros, elle l'avait veille toute la nuit.

- Dai ..

Elle continuait de pleurer, en serrant fort la main de son ami, si ce n'est plus, comme si il risquait de repartir pour toujours. C'etait d'ailleurs un risque qui restait possible.

- Dai ..

Pop ne pouvait pas entrer dans la piece ainsi, il ne voulait pas les deranger. Quoique, tant que Dai est inconscient, c'est surement le meilleur moment, c'est lors de leur retrouvailles qu'il devrait se tenir a l'ecuart.

Le magicien rentra. La porte grinca, ce qui fit sursauter Léona.

- Ah, Pop. C'est toi.

- Qui d'autre princesse ?? Personne d'autres n'est assez courageux pour venir déranger les retrouvailles de la souveraine de Papnica connu pour son mauvais caractere et son héros adorée chéri, taquina le magicien.

- Tu as l'air en forme, Pop. Qu'est-tu venu faire ici ??

- J'ai pas le droit de venir prendre des nouvelles ?? Je ne venais pas vous espionner, si c'est ce que tu soupconnes.

Léona fit une mine boudeuse, voulant faire semblant de ne pas avoir compris ce que le daimadoshi sous-entendait. Celui-la alors, toujours a raconter des histoires idiotes. Pop reprit son serieux.

- Alors, comment va-t-il ??

- Oh, ça va, sa vie n'est pas en danger, réponds calmement la princesse. Il devrait bientôt se réveiller.

- Et toi, tu le veilles jusqu'à ce moment.

Léona acquiessa. C'est beau de voir à quel point ces deux là était fait l'un pour l'autre. Le combattant eut un pincement au coeur. Ce n'est pas de la jalousie, mais il ne savait pas ce que cela signifiait. Il reprit pour masquer son malaise.

- Bon, et bien, je crois que je vais vous laisser, alors, je ne veux surtout pas déranger la princesse Léona et son prince charmant.

- T'es vraiment trop idiot, Pop !! hurla Léona.

Il éclata de rire, puis reprit calmement,

- Bon, je vais y aller, mais puisque tu ne quittes pas la salle, tu veux que je t'apportes un truc a grignoter ??

- Nan merci, Pop. Je n'ai pas tres faim. Merci quand même.

- Ok chef, répondit le magicien avant de partir.

Léona était à nouveau seule avec son héros. Elle garda sa main dans la sienne, elle le regarda de longues minutes, devenant des heures. Son visage était toujours le même, bien que plus mature : Des grands yeux purs, un visage quelques peu enfantin, bien que devenu plus adultes avec le temps, et toujours cette cicatrice sur sa joue.

Un regard mélancolique emanait du visage de la souvereine. Un regard qui disait tout, qui trahissait ses pensées. Soudain, elle sursauta. Dai venait de bouger, elle en était sûre. Doucement, mais surement, sa main tremblait. Avec grande peine le héros ouvrit les yeux. Et la première chose qu'il vit, c'était sa princesse, en larmes, qui lui sauta au cou. Son héros. Son héros était vivant, et conscient, là, sous ses yeux. Combien de temps avait-t-elle attendu ce moment ??

Doucement, il ouvrit les paupieres. Il parla faiblement :

- Léo .. Léona ??

La princesse acquiessa, silencieusement, tenant toujours fermement la main de son heros pres du visage. Sa chaleur, sa presence la rassurait. Il etait vivant, que pouvez-t-elle souhaiter de plus ??

- Léona ??

- Oui, Dai ??

Elle parlait doucement, de peur de le brusquer. Ses blessures etait si affreuses qu'elle craignait que part le moindre de ses gestes pourrait lui faire du mal. Pourtant, elle savait a quel point son heros etait quelqu'un de fort et de solide. Mais sa peur de le perdre a nouveau l'etait encore plus.

- Léona, c'est bien toi ??

- Oui, Dai, c'est bien moi.

Le visage du jeune garcon s'illumina. Il avait devant lui la personne qui lui etait la plus chere en ce monde. Celle qu'il aimait. Doucement, il se leva, malgres ses nombreuses blessures.

- Dai, reste allonge, tu dois te repo ..

La princesse n'eut pas le temps de terminer sa phrase que Dai avait deja poser ses levres sur les siennes. Pendant ce cour instant, plus rien n'avait d'importance. Il en avait tellement rever, et elle l'avait tellement souhaiter.

Lorsqu'il se separerent, a grand regret, Léona reprit la parole, curieuse :

- Dai, pourquoi as tu mis autant de temps a revenir vers nous ??

Le visage du heros s'assombrit, mauvais signe. Le silence dura quelques temps. Inquete, La princesse reprit, la voie affolee :

- Un nouveau danger nous guette, c'est ca, hein ?? Dis le moi ?? Le monde est-il de nouveau en guerre ??

Le heros garda le silence. Il baissa les yeux. Léona reprit donc sa question attendant une reponse claire, elle avait vraiment peur de ce qu'elle pouvait-être. Aussi, Dai ne tarda pas à la rassurer :

- Ne t'inquietes pas trop pour ça, Léona, de ce cote ça va.

La princesse soupira. C'etait déjà un sacré soulagement que d'entendre ces mots. Mais, mieux vallait être sur, aussi, elle demanda plus de precisions.

- Je suis fatigue, Léona, je pourrais t'expliquer tout ça une autre fois ??

Si Dai ne jugeait pas utile de tout raconter le plus rapidement possible, c'est qu'il n'y avait surement aucune crainte à avoir. Léona lui sourit, elle se leva et commenca a sortir de la piece, quanf Dai l'interpella :

- Léona, tu t'en va ??

- Ne t'inquietes pas, je reviens tout de suite, repondit-elle, je vais juste te chercher de quoi grignoter, tu dois avoir faim, tu n'as pas manger depuis ton retour.

- Ah, c'est vrai, admetta le heros en rougissant de gene.

La princesse sourit. Elle n'aurait jamais osé quitter la piece en laissant Dai seul si le danger n'etait pas ecarte, mais en prenant compte de la facon de se comporter du heros, il n'y avait aucune crainte a avoir. Elle ferma doucement la porte, et se depecha d'aller trouver de quoi calmer leur faim. Elle aussi n'avait pas manger depuis longtemps, comme l'avait fait remarquer Pop quelques heures plus tot.

Quand elle retourna dans la chambre, elle et Dai discuterent longuement. Notament de ce qui s'etait passe depuis le depart du heros, celui-ci toujours surpris a la moindre evidence.

- Et tu sais, Maitre Avan et Flora-sama se sont fiancés.

- Quoi ?? Je comprends pas, le maitre n'était pas au service de la princesse Flora ??

Un instant, Léona faillit tomber tellement la remarque de Dai etait stupide. C'etait le seul a ne pas avoir compris ou quoi ?? Léona continuait ses explications :

- Bah, oui. D'ailleurs, de ce fait, Maitre Avan est maintenant le roi de Carl.

- Ca doit faire bizarre de le voir avec une courronne et tout le reste, remarqua Dai.

- Alors c'est comme ça que tu vois les souverains, toi !! s'écria Léona, vêxée, et donnant une tape a Dai lui faisant comprendre qu'il avait dit un mot de trop.

La discution continuait. Plus Léona parlait et racontait ce qu'il s'était passe, plus Dai etait triste de ne pas avoir pu assister a tout ca, mais aussi plus il etait heureux d'etre de retour, et de pouvoir participe a la suite. Quand Léona eut une question :

- Et toi, Dai ? Que s'est-il passé pour toi depuis ce jour ?

Pris de cour, Dai ignorait quoi repondre. Puis il souria quelques peu avant de repondre de son air enjoue :

- Bah, on s'en fiche, non ?? A present, on a plus rien a craindre, alors peu importe.

Une reponse etrange venant du heros, se dit Léona. Pourquoi voulait-il eviter de parler de ce qu'il s'etait passe ? Oh, et puis, tant pis. Si il ne veut pas en parler, c'est peut-être parce-qu'il s'est passé des choses qu'il ne souhaite pas evoquer. De toute facon, il avait raison. Si en ce moment, il n'y a aucun danger, ca ne sert pas forcement a grand chose de savoir ce qu'il s'est passe. Léona continuait son recit, Dai l'ecoutait, et ce, tout le reste de la journee.

_______________


Le soir tomba et l'heure du diner arriva. Larhalt pris la parole.

- Maam ne mange toujours pas ?

- Elle refuse de sortir de sortir de sa chambre, ne serais-ce que pour manger, répondit Avan.

Depuis que la jeune fille est au courant pour son village, elle passe ses journées dans sa chambre à se tourmenter, à pleurer, et .. à .. à regretter.

L'ambiance devînt vite pesante. Avan s'inquiétait pour sa seconde élève, Larhalt pour celle qui était devenue comme sa meilleure amie, et Hyunckel .. Sa peine se voyait sur son visage comme la pluie dans une averse.

Eimi eut l'impression d'êrte de trop. Aussi, elle brisa cette ambiance :

- Si elle ne veut pas sortir, je lui apporterai son repas dans sa chambre.

- Merci Eimi, répondit Avan.

Il n'y avait pas grand chose d'autres à faire. Eimi répondit d'un sourire, pris un plateau et partit vers la chambre de Maam. A ce moment, Hyunckel reprit :

- Vous croyez qu'elle ira mieux ?

- Bien sûr, lui répondit son professeur, il faut juste qu'elle se repose un peu.

- Comment pouvez-vous en être aussi sûr ? Reprit le guerrier inquiet.

Avan soupira et répondit en fixant la direction de la chambre de la jeune fille :

- Maam est forte, bien plus qu'elle n'y paraît. Je suis certain qu'elle passera le pas.

- Et il n'y a rien que l'on peut faire pour l'aider ? Finit le jeune homme en baissant la voie.

Contre toute attente, c'est Larhalt qui répondit :

- En lui montrant qu'on est toujours là, à ses côtés, à la soutenir, elle finira par s'apercevoir qu'elle n'a pas tout perdus, et qu'il lui reste ses amis. Le reste dépend d'elle.

- Tu as sans doute raison.

L'epeiste se résigna. Il n'y avait peut-être réellement rien à faire de plus pour l'aider. Merde !! C'est vraiment désagréable de se sentir à ce point impuissant !! Soudain, Eimi revînt en courant, affolée :

- Maam a disparu !!



Et voilà, c'est tout pour le moment, surtout que ça vous plaît p'têt pas honte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Mer 28 Sep - 22:05

Bon, et bien, en l'honneur de notre nouveau membre Hananyme, je poste ici le chapitre 6 : L'inquiétude de l'epeiste !! Au fait, je suis désolé, Aimi joue un petit rôle ici, mais je te jures que ça finiras en Hyunckel x Maam, et ce dès le chapitre 9.



Les trois hommes fiaxaient Aimi qui venait de revenir de la chambre de la jeune butôka.

- Maam a disparu !! Il faut faire quelque chose !!

- Calme toi, lui dit doucement Larhalt, tu peux nous montrer le chemin de sa chambre ?

Aimi reprit doucement, et difficilement son sang froid et leur montra le chemin. Avan mit une main sur l'épaule de son disciple. Il avait tout compris de la nature des sentiments de celui qu'il avait entraîné envers la jeune fille, et ce, dès le premier jour où il les a revu au palais de Vearn lors de la grande bataille. Il comprenait parfaitement sa peur.

- C'est là !

Aimi les avait emmené jusque devant la porte de la chambre. Après un bref « merci », Larhalt rentra suivit des autres. La fenêtre était ouverte, laissant ainsi entrer la neige. Elle était sortie par là, ça ne faisait aucun doute.

- Qu'est-ce que c'est ?

Larhalt ramassa une feuille de papier blanche qui avait dû tomber du bureau. Les trois autres le fixaient d'un air qui trahissait d'un air qui trahissait leur question :

- Qu'est-ce qu'il y a d'écrit ?

- Désolé, répondit le sang-mêlé.

- Pardon ?

- Il n'y a qu'un mot : '' Désolé ''

Par ce seul mot, chacun ecarquilla les yeux, de peur. Ils voulaient tous se tromper, mais ils avaient tous parfaitement compris la signification de ce mot. Hyunckel réagit au quart de tour. Il bondit sur le rebord de la fenêtre, prêt à sauter du deuxième étage :

- Hyunckel !! hurla Larhalt, qu'est-ce que tu fous ?!

- Je vais la chercher avec la tempête de neige, elle ne doit pas être loin !!

- Arrêtes, il faut mieux attendre les autres !! Pop saura mieux où la chercher !!

- Si on attend, on risque d'arriver trop tard et …

Hyunckel s'arrêta et ferma les yeux. Il avait peur, il voulait vraiment se tromper. Son visage se crispa, il termina en un cri :

- Et il est peut-être déjà trop tard !!

Sur ce, il sauta et partit en courant dans la neige. Les trois autres se fixaient, ne sachant que faire.

- Je vais chercher Pop à l'hôpital avec Lura, commença Avan. C'est sans doute lui le mieux placé pour savoir où elle est !!

- C'est vrai, il est sûrement au chevet de Dai, continua Aimi.

Au moment où Avan allait partir chercher le daimadoshi, Larhalt l'arrêta d'une question parfaitement fondée :

- Avan, pourquoi n'utilisez-vous pas Lililura pour retrouver Maam ?

Sur cette remarque, Aimi tilta. Il est vrai que cette solution était la plus rapide, et que c'est justement le temps qui les inquietait, mais ..

- Mais, je n'ai pas assez de force magique pour invoquer Lililura, répondit l'ancien héros.

- Alors, comment nous avez-vous rejoint au palais de Vearn ??

- A ce moment, je pouvais compter sur la force de mes plumes magiques.

- Ah.

Sur ce, Avan partit laissant seuls Larhalt et Aimi. Cette dernière avait les larmes aux yeux et fixait la neige à l'exterieur :

- Il n'y a vraiment rien que l'on puisse faire pour aider aux recherches ?

- Malheuresement, oui.

Le lancier baissa les yeux, énérvé par son impuissance vis à vis de sa meilleure amie partit mettre un therme à sa vie. Il les releva en entendant les pleurs de la jeune sage :

- Eimi ..

- Je n'en reviens pas ..

- Pardon ??

- Je n'en reviens pas d'être jalouse dans un moment pareil !!!

Etonné par ces propos, Larhalt posa doucement une main sur l'épaule de la jeune fille qui avait éclaté en sanglots. Il reprit doucement :

- Jalouse de Maam ?

Aimi acquiessa.

- Vis à vis de Hyunckel ?

La sage ne répondit pas, mais ses yeux parlaient pour elle. Larhalt soupira, se plaça devant la jeune fille, une main sur chaque épaule et lui releva doucement la tête avant de continuer :

- Tu n'as pas à t'en vouloir.

De surprise, Aimi ecarquilla les yeux et fixa ceux du demi-démon. Comment pouvait-il dire qu'elle n'avait pas à s'en vouloir ? Lui-même devrait lui en vouloir d'être à ce point égoïste :

- Mais, je ..

Le lancier posa un doight sur les lèvres de la sage, lui demandant ainsi de se taire et d'écouter :

- Tu n'as pas à t'en vouloir, tu es amoureuse de Hyunckel, non ?

Aimi répondit oui de la tête en baissant les yeux, vexé de le bassiné avec ses problèmes de coeur en un moment pareil, en continuant de pleurer :

- Alors, c'est normal que tu souhaites qu'il te porte autant d'attention qu'à Maam.

- Peut-être, mais ..

- Moi, je trouves que tu es très forte pour faire ainsi abstraction de tes propres sentiments en un moment pareil.

- …

- Alors, permets moi de te remercier à la place de Hyunckel !!

La jeune fille ouvrit grand les yeux et fixa le lancier, surprise, mais surtout tellement reconnaissante. Entendre ces mots lui faisait tellement de bien !! Elle fondit en larmes en s'accrochant au haut de Larhalt. Celui-ci se contenta de passer un bras autour d'elle, pour la protéger du froid qui rageait dehors, et de lui carresser doucement les cheveux.

Il lui faudrait beaucoup de temps pour panser ses blessures et lui faire oublier l'épeiste partit dans la neige. Mais il la soutiendra le temps qu'il faudra jusqu'au jour où elle aura tourner la page, jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux sur la nature des sentiments du lancier envers elle. Ça arrivera un jour !!


________________________


Pendant ce temps, Hyunckel courrait dans la neige. Il courrait à en perdre haleine tant sa peur pour la jeune butôka est grande. La dernière fois qu'il avait couru ainsi, sans prendre en compte ce qui l'entourait, l'envirronnement autour de lui, de peur, c'était quand il cherchait son père dans le donjon souterrain. Non !! Cette fois, ça n'arrivera pas ! Cette fois, il arrivera à temps !! Il l'empêcherait de mourir :

- Maam, Maam !!!!

Il l'appelait ainsi depuis qu'il a quitté le palais. Mais à cause de la neige qui tombait, les chances pour qu'elle l'ai entendu sont minces. Minces, mais existantes. Ça suffisait pour essayer.

Elle, elle avait toujours été là pour lui, elle l'a sans cesse soutenu. C'est grâce à elle si il a ouvert les yeux, grâce à elle si il pouvait maintenant vivre en tant qu'humain, grâce à elle si il avait acquit la véritable force de la justice, même grâce à elle si il était encore en vie aujourd'hui. C'est grâce à son sourire si il peut marcher la tête haute.

Mais lui, qu'est-ce qu'il a bien pu faire pour elle. Il n'a pas eu le courage de lui parler lorsqu'elle a appris la destruction de son village, il ne lui a plus parler depuis. Il a été incapable de la soutenir après tout ce que elle, elle avait fait pour lui !! Il aurait dû rester à la surveiller, à ses côtés, à l'encourager pour qu'elle retrouve le sourire, pour qu'elle ne commetes pas l'irréparable, l'irréversible !!!

Si il ne pouvait plus la voir sourire un jour, il s'en voudrait jusqu'à la X_X de ne pas lui avoir avoué la vérité. Pop, lui, avait finalement eut le courage de lui avouer qu'il l'aimait. Alors pourquoi lui, il en était incapable ??

- Parce-que je suis incapable de lui apporter le bonheur, se disait-il.

Mais plus il y réfléchissait, et plus la vérité parressait évidente, mais il continuait de la nier. Ce n'était qu'une excuse, qu'une simple excuse, un mensonge, une esquive, une fuite ! La vérité, c'est qu'il ne pouvait pas le lui avouer, il en était parfaitement incapable. Malgré tout ce qu'il ressentait pour elle, il ne trouvait pas le courage de le lui exprimer.

- Je ne suis pas digne d'elle !!! continuait-il de se dire.

Il continuait à se mentir, parce-que la vérité lui parressait impensable. Mais il l'aimait plus que tout au monde, et c'est pour cela qu'il voulait son bonheur, même si il ne lui avouerai jamais ses sentiments. Il voulait la voir sourire, rire. Mais, en lui cachant la vérité, était-elle plus heureuse ?? Non, elle était partie mettre fin à ses jours parce-qu'il n'était pas fichu de la protéger contre elle-même, contre sa peur !!

Finalement, qu'est-ce qu'il a bien pu lui faire pour la remercier de tout ce qu'elle, elle avait fait pour lui ?? Tout ce dont il se sentait capable, c'était de la protéger des ennemis, mais rien d'autres. Il n'était pas capable de la faire sourire, ou rire, de lui apporter toute la joie qu'elle méritait, ni même de la protéger de ses propres ténèbres !!

C'était ça la vérité !! La vérité cachée dans la neige !! La neige que les larmes chaudes de la jeune fille avait fait fondre. La vérité qui réussi à lui tirer des larmes de peur et de tristesse qui n'ont plus vu le jour depuis la X_X de son père.

C'était ça, la vérité !!



Je poste le chapitre suivant demain, promis ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
hanayume



Messages : 20
Date d'inscription : 26/09/2011

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Ven 30 Sep - 9:45

alors ça c'est dingue!

j'ai lu ta fic sur un autre site! je savais pas que c'était toi. mais le + dingue c'est qu'il y a logntemps, j'avais aussi voulu vcrer un senario ou le villagede mma serait detruit! comme quoi! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 20
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   Ven 30 Sep - 21:05

Toi aussi tu avais eus une idée pareille ?! Les grands esprits se rencontrent, c'est sans doute le destin (prends un air solennel)

En effet, je publis mes fics sur Fanfic.fr aussi, mais si tu les lis là-bas, tu dois déjà être au chapitre 9, ça sert pas vraiment que je continue de publier ici, sans compter que la lecture est plus agréable sur Fanfic.fr Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La difficulté d'aimer   

Revenir en haut Aller en bas
 
La difficulté d'aimer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [So-] Un panda en difficulté.
» Pourquoi j'aime autant FFVIII
» Problème avec un script de difficulté dynamique HELP s'il vous plaît SUPER URGENT
» FF XIII : une mise à jour pour la difficulté du jeu
» Les pandas sont nos amis, il faut les aimer aussi !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dai no Daiboken - La quête de Dai :: Les Créations :: Les Créations :: Les Fan Fictions-
Sauter vers: