Ce forum s'adresse particulièrement aux fans du manga de La Quête de Dai ou, sous le nom japonais, Dai no Daiboken
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au secour de notre héros

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 21
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Au secour de notre héros   Ven 22 Juil - 18:48


J'ai déjà posté cette fanfic ailleurs, mais autant la poster ici aussi, alors voilà :

Chapitre 1 : Mélancolie :


Un an. Cela faisait una an. Un an qu'il n'était plus là. Un an que le seul espoir qui le retenait à la vie est le joyau de son épée. Un an que ses amis le regrettaient. Un an, une longue annéedurant laquelle aucune seconde ne s'écoula sans qu'un certain magicien ne repasse les derniers mois de sa vie, en boucle, à la recherche d'une solution. Un an pendant lequelle il se posait cette question, bien que celle-ci semble sans réponse :

- Dai, pourquoi ?

Deux mots. Une phrase de seulement deux mots, mais ces deux mots à eux seuls représentaient une véritable enigme. Une enigme que l'on ne saurait résoudre. Attendre, c'est tout ce que pouvait faire le grand Daimadoshi qui a participé à la bataille finale contre Vearn, l'empereur du Mal. Attendre, ésperer et, au fur et à mesure que le temps passe, démoraliser.

- Pourquoi ne reviens-tu pas ?

Pop, assis dans l'herbe au bord d'une falaise de la côte de Dremlin, observait les nuages, perdu dans ses songes. Tous les jours, c'est ce qu'il faisait. Toujours au même endroit, à la même place. A l'île de Dremlin. Cette île sur laquelle il avait rencontré le jeune garçon qui devînt par la suite son frère d'armes, son meilleur ami.

- Pourquoi Dai ?

- Il reviendra, un jour, quand tu t'y attendra le moins.

- Ah, Merle !

Chaque fois que le Daimadoshi venait sur l'île, Merle demandait de l'accompagner, et, selon son humeur, Pop l'emmenait ou non. Après tout, son inquiètude pour Pop était immense. Mais elle finit par s'y habitué, bien qu'elle ai mis plus de temps que Maam.

- Patiente, et un jour, Dai reviendra.

- Comment peut-tu en être sûre ?

- Tous ses amis sont sur Terre, il ne peut que revenir.

- Alors pourquoi ne revient-il pas, demanda le magicien d'une voie grave, en un an, on n'a plus aucune nouvelle.

Ne sachant que répondre, Merle se tût. Comment expliquerce qu'on ignore soi-même ? Même son don de voyance ne pouvait répondre à cette enigme. Pop lui posait souvent la question, mais à chaque fois elle répondait qu'elle voyait quelque chose, mais qu'elle ignorait de quoi il pouvait s'agir.

'' Une surface transparente et dure, comme un glacier, mais de couleur violet clair ''

Impuissante, Merle se laissa aller à la contemplation des nuages auprès de son aimé. Des nuages gris. Le temps était couvert et chargé. La pluie n'allait pas tarder à tomber. Le silence pesant fût bientôt brisé :

- Pop, Mlle Merle !!

Brass, le grand-père adoptif de Dai, arriva affolé, et expliqua la raison de sa venue.

- Vite Pop, tu connais bien le sortilège de Mahokator ?

- Evidement, réponds le magicien surpris de cette question. Sinon, comment aurai-je pu vous aider face à Croco lors de la bataille de Romos ?

Ah, que de nostalgie. Cette bataille était tout simplement inoubliable pour le magicien. La première fois où le courage du jeune homme s'était montrer, la première fois qu'il s'était battu en risquant sa vie. Et ce courage, dont il a fait maintes fois preuve malgré les apparences, c'est à Maam qu'il le devait, mais aussi à lui, Dai. Son frère d'armes, son meilleur ami.

- Pop !!

Grand-père Brass ramena le jeune homme à l'ordre d'une voie plus qu'affolée.

- Hein oui, pourquoi cette question ?

D'un air inquiet, Brass répondit tout en tremblant de tout son corps :

- Les monstres redeviennent fous, je soupçonnes qu'un nouveau danger nous guette ! Vite Pop, Mahokator !

- Mais, intervînt timidement Merle, je pensais que Mr Avan avait déjà utilisé Mahokator sur l'île ?

- C'est vrai, mais à la mort de Vearn, le sortilègeest devenu inutile et s'est arrêté de lui-même, expliqua Pop en prenant un air savant.

En finissant sa phrase, Pop se mit à sourir. Un nouveau danger voulait forcément dire une nouvelle aventure. Décidement, il a bien changé. Quand il est partit de dremlin avec Dai un an plus tôt, il n'était pas ravi d'aller au combat, mais là, il avait l'air d'un enfant à qui l'on annonçait l'approche de Noël. Pourtant, le fait que le monde soit de nouveau en guerre, n'était franchement pas une bonne nouvelle.

- Bon j'y vais, finit par dire le magicien, ça va être vite terminé.

Et il partit en courant. Quand il revînt après avoir fait le tour de l'île, d'un air sérieux et concentré, il invocqua sa formule :

- Mahokator !!

Les monstres se calmèrent et Brass ne resenti plus l'énergie maléfique. Peu aprèsque celui-ci ai remercié Pop comme il se doit, malgré l'air gêné du jeune homme, tout deux entendirent un cri provenant de la jeune voyante avec eux :

- Ahhh !!

Sous la terreur qu'exprimait le visage de la jeune fille, Pop perdu un peu de son sang froid et la rejoigna; Il passa un bras autour d'elle et lui demanda :

- Merle, qu'est-ce qu'il y a ? Réponds moi !!

Malgré sa peur la jeune fille réussit à articuler quelques mots :

- C'est … une … une vision !

Merle répondit affirmatif d'un mouvement de tête. Brass reprit :

- Pouvez-vous nous expliquer en détails ce que vous avez vu, c'est certainement grave, et ça a peut-être un rapport quelconque avec ce qui est arrivé aux monstres de l'île ?

- Je ..

Merle hésita. Elle savait que c'était important et qu'elle devait répondre, mais ce qu'elle avait vu lui faisait tellement d'effet que rien que d'y penser, elle tremblait. Pop ( qui avait laissé tomber d'obtenir une explication de la part de Brass pour le coup sur la tête ) s'asseya à côté de la jeune fille et l'entoura d'un bras.

- Allons, tu as parlé de Dai.

- De Dai, reprit celle-ci en même temps que le sage.

- Ben oui, le fils du chevalier du dragon, c'est Dai, le fils de Baran.

On avait raconté toute l'histoire de la sauvegarde de la Terre à Brass, mais le conflit entre son petit-fils adoptif et son père, puis l'alliance entre ceux-ci était un passage qu'il a toujours tenté d'ignorer.

Merle, en entendant ces mots, comprit qu'il s'agissait peut-être d'une porte qui ouvrirait sur des retrouvailles avec Dai. Elle devait donc passer outre sa peur, faire preuve de plus de courage, comme son aimé, pour lui, pour Pop. Elle inspira un grand coup et commença en tremblant :

- Je .. J'étais seule .. Dans une pièce noire .. Une caverne, je crois .. Et, il y avait plusieurs personnes qui discutaient .. Je croyais que c'étaient des démons, membres de la famille du Mal, mais ..

- C'était des dragons, finit Pop sérieux.

- Mmh

Merle se tût un instant, son coeur cognait fort dans sa poitrine, mais elle était satisfaite d'avoir parlé et d'avoir était un tant soit peu utile. Pop reprit, pas tout à fait satisfait, cherchant à en savoir plus, n'ayant pas trouvé son bonheur dans les propos de la voyante :

- Et pour Dai ??

La jeune fille reprit, quelque peu prise de court :

- Ah, c'est ce dont ont parlé les dragons entre eux .. Je penses qu'ils sont à la recherche de son épée.

- Mais pourquoi, demanda Brass, inquiet du fait que l'épée de son petit-fils adoptif était actuellement sur Dremlin.

Merle baissa les yeux, signe qu'elle ne connaissait pas la réponse, plutôt gênée de ne pas pouvoir répondre. Pop le remarqua. Aussi, il continua en regardant Merle :

- En tout cas, Merle, merci pour ces infos !!

Ne s'y attendant pas, la jeune fille leva les yeux vers le magicien et le fixa. Celui-ci répondit d'un sourire insouciant, un sourire qui lui allait si bien. Tellement heureuse de revoir un sourire sur le visage de l'homme qu'elle aime, Merle sourit à son tour, folle de joie à l'idée d'avoir pu lui être utile.

Mais, ils ne pouvaient pas rester comme ça. Une nouvelle menace pesait, et peut-être aurait-ils l'occasion de revoir de héros disparu !! Il fallait donc faire quelque chose, et rapidement.

- Je pars au palais du Papnica d'un Lura pour avertir Léona, commença Pop. Je suis sûr qu'elle saura quoi faire !

- Bien entendu, je viens avec toi, continua Merle.

Pop la fixa, préférant qu'elle reste dans un endroit sûr, afin qu'il ne s'inquète pas. Mais en voyant la détermination de Merle dans ses yeux, il abandonna le projet '' tenter de la convaincre de rester à l'écart du danger ''. Il reprit :

- De toute façon, quoique je dises, tu viendras quand même, n'est-ce pas ?

Merle répondit d'un sourire que l'on pourrait traduire par oui. Brass les regarda, désolé :

- Pardon de ne pas pouvoir vous aidez, dit-il.

- Voyons, grand-père Brass, commença Pop l'air taquin, ce n'est pas de votre faute si vous êtes trop vieux. Reposez-vous sans vous en faire pour nous, d'accord ?

Pour toute réponse, Pop se prit un coup de canne de la part du sage incube.

- C'est comme ça que vous me remerciez de toute l'attention que je vous portes ? Reprit Pop.

Brass fusilla Pop du regard, si bien que celui-ci se tût immédiatement. Merle ria en voyant la scène. Le vieux Brass tenait tête au plus grand magicien de la planète, il était encore dans la course après tout.

Aussitôt les '' au revoir '' fait, Pop mis une main sur l'épaule de la jeune fille, pensa au palais, et avant de crier '' Lura '', eut une pensée pour son ami, pour Dai.


LURA !!!



Voilà, j'espère que ça vous plaît

Ps : Aussi posté sur fanfic.fr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 21
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: Au secour de notre héros   Jeu 28 Juil - 23:01

Pas un encouragement, mais tant pis, voilà tout de même le chapitre 2 :



Danger et Rencontre

Au même moment où ces étranges évènements se produisaient sur l'île de Dremlin, une petite équipe de monstres s'aventuraient dans la forêt de Romos. La plupart étaient silencieux, à l'exception d'un grand rat habillé d'une tenue de karatéka. Il ne cessait de parler à deux petits monstres jumeaux. Enfin ''parler'', c'était plus ''se vanter'' :

- Et, vous souvenez vous de l'exploit auquel j'ai participé face à cette monstruosité de super-zombie ?? Et bien, sachez que ce n'était presque rien face à mon irremplaçable participation lors du combat final face à Vearn !!

- Wahh, chef, vous deviez être for-mi-da-ble, s'écrièrent een coeur les deux petits monstres.

Chiu ne semblait absolument pas gêné de leurs raconter les choses à sa manière quelque peu déformée. Contrairement à l'un de ses soldats, le douxième pour être précise. Hym était vraiment déconcerté face à l'hypocrisie dont faisait si bien preuve son chef. Aussi, il se tenait à l'écart auprès d'un énorme crocodile borgne. Il lui fit part de son mécontentement :

- Eh, Croco, tu trouves pas qu'il en fait un peu trop ??

- Hum, pourquoi dis-tu ça ??

- Et bien, parce-que face à Vearn, il n'a pratiquement rien fait !!

- C'est vrai, mais on peut le laisser dire, ça ne fait de mal à personne.

Crocodin pouvait dire ce qu'il voulait, ça ne changeait absolument rien au fait que le pion d'orikalque avait affreusement honte de la vantardise de son chef. Puis, Chiu qui marchait à l'avant de la meute, se retourna brusquement vers ses deux amis et les appella. Ceux-ci le rejoignirent.

- Qu'est-ce qu'il y a, chef ? Demanda le pion surpris que Chiu arrête enfin de parler.

- J'ai vu quelque chose de bizarre dans le ciel.

- Quelque chose de bizarre, répéta Croco pour lui-même.

Tous se mirent à observer le ciel, à scruter les nuages, à l'affut de la moindre chose suspecte. Soudain, sans prévenir, un pigeon traversa le ciel, mettant Chiu particulièrement mal à l'aise devant ses soldats, ainsi que son prédécesseur.

- Chef, commenca Hym une main sur le front fatigué de la bêtise du rat, ne me dîtes pas que vous avez peur d'un simple pigeon ?

- Hein, non ! Je croyais que c'était autre chose !! Comment pourrais-je avoir peur d'une bête aussi fragile qu'un simple pigeon ? Ah, Ah,

Alors que le pauvre rat subissait les regards plein de soupçons de ses soldats, Crocodin entendit un bruit, et se retourna en vitesse. Il saisit immédiatement Great Axe, et prévînt ainsi les autres. Hym l'interrrogea sur ses raisons :

- J'ai vu quelque chose dans les buissons.

- ça doit être un lapin, ou quelque chose comme ça, répondit Hym peu convaincu.

Chiu décida d'aller voir, surtout que si ce n'est qu'un lapin, il n'y a pas à avoir peur. Mais quand il s'approcha du buisson, une voix se fit entendre. Puis une bête sortit des broussailles, faisant ainsi une peur bleue au pauvre rongeur. Un dragon sortit. Un grand dragon aux écailles aussi bleu que l'horizon, avec des yeux vifs. Son corps était long et fin. Il fixa la petite troupe :

- Vachement grand ton lapin, Hym, lui lança Crocodin discrètement.

- N'en rajoutes pas, tu veux.

Le dragon, voyant la petite armée se mettre en position de combat, prit la parole :

- Laissez tombez, comme si des vermines comme vous étaient aptes à me battre !

Hym prit la parole le premier assez vexé des propos du dragon, qui ne semblait absolument pas se rendre compte de la force de ses adversaires :

- Dis, je ne sais pas pourquoi, mais tu me donnes l'impression de nous sous-estimer un peu, tu es aveugle à ce point ??

- La manière avec laquelle tu t'addresses à moi me laisse croire que c'est toi qui me sous-estimes, et pas qu'un peu, répondis le reptile couleur ciel.

- Il n'y a qu'une seule manière de le savoir, j'éspère que tu tiendras au moins plus de cinq minutes !! lâcha Hym en commençant à charger son esprit combatif dans son poing gauche.

- Ne viens pas pleurer lorsque tu seras à l'agonie, prévînt l'animal tout sauf impressionné.

Sur ce, il se mit également en position de combat, toutes griffes dehors, les crocs assérrés, prêt à briser le moindre objet qui lui passerait par la machoire. Un sourire narquois sur le visage, il observa ses adversaires avec amusement. Vexé des propos du dragon aux écailles ciel, Hym se tint prêt à faire de la paté de dragon. Alors qu'il s'élanca contre lui avec Aura Knukkle, une forme intervînt, empêchant son attaque d'arriver à destination.

- Tss, Shinda* , lâcha le reptile bleu.

Un immense dragon de couleur rouge sang et aux yeux noir corbeau, aussi long que le précédent avait stopper le poing de Hym en lui arrachant son bras d'oricalque d'un coup de griffe. Après s'être débarrassé du pion, il se tourna vers son collègue et lui lança un regard pour le moins effrayant.

- Qu'est-ce que tu faisais encore, Kumo* ??

- Mais rien, voyons, reprit la bête bleu.

Ne voulant pas perde son temps, la bête sang repartit, dans les buissons, ennuyé. Un autre dragon de tein violet pâle descendit d'un arbre, plus petit que les deux autres, mais aussi fin. Il s'addressa au dénommé Kumo :

- Arrêtes de perdre ton temps inutilement, ça ne t'avance absolument à rien de combattre ses vermines.

- Comprit Aru*, répondit celui-ci.

- Au fait, as tu retrouvé l'épée ?

- Nan, y a rien ici.

- Dans ce cas, on y va, Fubuki*, nous attends

Sur ceux, les deux dragons partirent rejoindre le rouge, laissant la petite troupe ébahie par cette rencontre pour le moins inabituelle. Hym fut le premier à ouvrir la bouche pour demander des herbes médicinales à son chef, bien qu'elles ne soient pas très efficaces. Après les lui avoir donnés et avoir cessé de trmbler, au moins en apparence, Chiu parla :

- Ces dragons sont plutôt coriaces.

- Plutôt oui, reprit Crocodin, il faudrait avertir quelqu'un, c'est peut-être une menace.

- Pourquoi pas Avan, proposa Hym, il devrait être au château de Carl, non ??

Crocodin acquiessa, puis Chiu. Et après que celui-ci ai confié le commandement de son armée à deux petits soldats, fou de joie de cette confiance, ils partirent tous les trois au royaume de Carl d'un Lura.

__________________


Au même moment, une autre rencontre étrange se faisait dans le sud du continent de Holkiaa. Les vagues qui se cognaient contre la falaise étaient les seules à faire un peu de bruit, le lancier et l'épeiste ne faisaient pas un bruit depuis qu'ils avaient croisé le regard de ce dragon. Un grand dragon noir de cendre, tel un corbeau. Il ouvrit la gueule, et s'addressa aux deux guerriers en face de lui :

- Je repêtes donc ma question, où est l'épée de Dai ?

La voix de ce dragon était rauque, elle respirait l'air d'un massacre, du sang et des flammes. Les deux combattants ne se laissèrent pas impressioné malgré l'air féroce de cette bête. C'est Larhalt qui répondit :

- Je peux savoir pourquoi on te répondrai ??

- Vous êtes de la troupe du héros, Dai, non ? Vous devez savoir où elle est. Alors dîtes le moi.

- Tu n'as pas compris ce que je voulais dire, même si on le savait, pourquoi on te le dirai ??

Le dragon se tût un moment, ferma les yeux, et sembla réfléchir. Après un petit moment de réfléxion, il rouvrit les yeux, et fixa le lancier d'un air des plus effrayants. Si bien que les deux combattants ressentir un frisson parcourir leur échine. La bête répondit silencieusement :

- Vous me répondrez, tout simplement parce-qu'en gardant le silence, vous optez à une X_X certaine.

Malgré l'air meurtrier que lancait le dragon, l'épeiste garda son sang froid, et commenca :

- Laisse tomber, on ne te répondra pas uniquement parce-que tu nous menaces !

- Je vois.

Sur ces derniers mots, le dragon sortit ses griffes, et se jetta sur les deux combattants. Il abatta ses griffes sur les deux guerriers, qui eurent heuresement le réflexe d'esquiver. Une fois à une petite distance, l'un d'eux lanca à son ami :

- Comme tu ne peux toujours pas te battre, je m'en occupe, Hyunckel, commenca Larhalt.

- Mmh, bonne chance, il a l'air plutôt coriace.

A quelques mètres, le dragon se retourna et répondit :

- Bonne observation. Si vous êtes suffisement malins pour vous rendre compte de ma puissance, c'est peut-être possible que l'on se livre un beau combat.

Sachant que chaque seconde comptait pour éliminer cette bête, Larhalt ne perdit pas son temps, prit sa lance et s'écria '' Amudo ''. La lance se transforma en armure sous ces mots. Une fois transformé, Larhalt se rua sur son adversaire, lance en main. Il s'écria :

- Haken Distoll !!

Le dragon, nullement impressionné, disparu tout juste au moment où la lance allait arrivé sur lui, et réapparu juste derrière le lancier. Les deux combattants étaient ébahis par la vitesse du dragon. Celui-ci reprit la parole à un moment d'inatention de la part de Larhalt :

- Finalement, c'est bien pathétique, dit-il complétement désinterressé. Mais il faut bien que je remplisse ma mission, alors je répetes pour la dernière fois ma question, où est l'épée du héros ??

Bien entendu, les deux combattants gardirent le silence, car ils ne souhaitaient pas répondre comprenant que les intentions du dragon sont tout sauf amicale, mais aussi car ils étaient tous les deux sous le choc. Larhalt était la personne la plus rapide du monde des humains, sa vitesse était incroyable, alors, être battu sur sa compétence de prédilection, être à ce point surclassé, c'étiat tout bonnement incroyable.

- Si vous tenez à garder le silence, je n'ai plus le choix. Vous gaspillez l'oxygène.

A ces mots, la bête ébène tendit ses griffes, prête à trancher tout ce qui lui passerai par la main. Après s'être assuré que les deux combattants étaient bien à côté l'un de l'autre, elle se rua sur eux avec une grande brutalité :

- Allez en enfer !!

Les deux guerriers n'eurent guère le temps d'éviter le coup, tous ce qu'ils ont pu voir, c'est des griffes grisent s'approcher d'eux à grande vitesse. Alors qu'ils se croyaient X_X, ils n'entendirent pas le moindre bruit prouvant ce fait. Quand ils ouvrirent finalement les yeux, ils pûrent s'apercevoir que la bête s'était stoppé et fixait un point derrière les guerriers. Il lâcha un mot :

- Fubuki*

Par curiosité, les deux combattants se tournèrent. Ils aperçurent alors un autre dragon. Complétement à l'opposé du premier, ce dragon était d'une couleur très proche du blanc parfait, une neige sans défaut, une montagne sans terre. Le blanc le plus pur qui soit. Ses yeux eux-mêmes rayonnaient d'une blancheur incomparable. Ce nouveau dragon ouvrit la gueule :

- Que t'aprétais-tu à faire, Gomon* ??

Le dénomé Gomon répondit au quart de tour :

- Je leur ai posé une question, et je tiens à ce qu'ils me répondent !!

- Les morts ne parlent pas, tu le sais, contredit calmement le dénomé Fubuki.

- Non, mais c'est leur punition pour ne pas me donner ma réponse.

- Tu perds ton temps, tu sais bien que les humains mourront quand le héros aura rendu son dernier souffle, non ?

Au nom du héros, l'image de Dai revînt à la mémoire des deux guerriers. Les deux bêtes semblaient parfaitement savoir où se trouvait leur ami. Mais ils ne faisaient pas l'erreur de leur laisser un indice permettant de le deviner. Gomon reprit la parole :

- Non, je m'en souviens, mais leur donner la X_X ici et maintenant leur évitera de subir l'enfer trop longtemps.

- Tiens, depuis quand es tu devenu si tendre et attentionné, toi ?

Humilié, Gomon changea de regard. Ses yeux, qui montraient tant d'amusement à l'idée de torturer les deux guerriers, n'exprimaient maintenant que haine vis à vis de ce Fubuki. Il répondit :

- Bien, si tu y tiens, ils souffrirons des pire tourments de l'enfer.

Sur ces dernières paroles, les deux dragons s'envolèrent immédiatement, laissant derrière eux Larhalt et Hyunckel ébahis de la discussion invraisemblable à laquelle ils venaient s'assister.

- Ils sembleraient qu'on ai de nouveaux adversaires, commenca Larhalt.

- Et coriaces avec ça, continua Hyunckel, ils faut mieux prévenir quelqu'un comme la princesse Léona, ou maître Avan.

- Si on part maintenant, on devrait arriver à Papnica d'ici demain matin, finit Larhalt.

- Alors on y va, au fait Larhalt ??

- Quoi ??

- Tu t'es vraiment pris une raclée, remarqua Hyunckel sans arrière pensée.

- Tais-toi, et marche au lieu de dire des conneries pareilles !! rétorqua Larhalt en faisant mine de bouder.

Et ils partirent tous les deux à Papnica.

______________


Pendant ce temps, près d'une cascade dans les forêts de Romos, Maam s'entrainait dur, comme elle le fait depuis près de deux mois. Son maître l'avait prévenu d'un risque de danger à venir. Bien qu'il n'était pas conscient de la nature de ce danger, Maam continuait à travailler le plus dur possible. Si elle ne le faisait pas, elle risquait de gêner le groupe plus qu'autre chose au prochain combat. Et c'est surtout de peur de ne pas être utile ou à la hauteur qu'elle travaillait tant.

Pop était à un niveau incroyable en magie, Hyunckel, bien que blessé, reste un des meilleurs épeistes de la planète, Dai, ce n'est pas utile de l'expliquer, et Léona avait été d'une utilité incroyable au cours de la dernière bataille. Il fallait donc travailler pour rattraper son retard. Elle en oubliait de se reposer, mais ne relachâ pas son attention pour autant. Elle entendit un bruit étrange dans les broussailles, et fixa le lieu d'où venait les bruits.

Maam cessa son entraînement pour voir de quoi il s'agissait. Elle aperçu une petite fille apeurée en train de pleurer. Qaund l'enfant l'aperçu également, elle se jeta sur la butôka et la serra le plus fort qu'elle pouvait dans ses bras. Maam attendrit se baissa à sa hauteur et la prit dans ses bras à son tour pour la calmer. Mais elle entendit un autre bruit, l'enfant aussi. Elle se retira des bras de Maam, et se cacha derrière les vêtements de celle-ci. La petite ne cessait de trembler en marmonant :

- Ils vont arriver .. Ils me cherchent .. Ils vont me tuer ..

La butôka n'est pas lâche, loin de là. Mais affronter une créature dont on ignore tout, et sans même en connaître les raisons est la chose la plus stupide à faire. Elle prit l'enfant dans ses bras, et l'emmena dans une petite grotte cachée dans la cascade. Elle serra la petite dans ses bras en lui répétant :

- Ne t'en fait pas, ça va aller, tu ne vas pas mourir.

Mais ça ne semblait pas avoir d'effet sur l'enfant. Maam l'examina alors un peu plus attentivement. Elle avait de longs cheveux noirs de geai, avec une frange qui s'arrêtait juste au niveau des yeux. Ses yeux , bien que rougis par les larmes, étaient de la même couleur : noir. Tout à son contraire, sa peau était pâle, elle manquait de sommeil. Elle était de petite taille, et portai un kimono de soie blanc à motifs de corbeaux et de colombes.

L'enfant leva les yeux, cherchant de l'aide, alors que la créature s'approchait. Maam ne put voir que l'ombre de la créature. Une longue gueule à cornes, et de sacrées dents. Mais la bête partit sans se rendre compte de la présence des deux filles. L'enfant se calma alors. Maam comença ses questions :

- Dis, pourquoi cette bête te cherchait ??

Voyant le refus de répondre de l'enfant, elle abandonna cette question.

- Qu'est-ce que tu fuyais exactement ??

Toujours aucune réponse.

- Bon, bon, j'arrêtes de faire ma curieuse, mais j'aimerai savoir quel es ton nom ??

Encore le silence, et les pleurs de la petite continuait. Maam la prit contre elle, et la berça un peu. Malgré qu'elle n'ai pas de réponse, elle savait que cette créature a sûrement un lien quelconque avec ce dont lui avait parlé son maître. Elle prit alors la décision de chercher un magicien pouvant utiliser Lura pour l'emmener jusqu'au palais de Papnica afin de prévenir Léona. L'enfant se colla encore un peu contre Maam, celle-ci lui carressa doucement les cheveux. La petite parla enfin :

- Mon nom.. C'est Yume*

_______

Note de l'Auteur : la signification des prénoms

Shinda = X_X
Kumo = nuage
Aru = printemps
Fubuki = tempête de neige
Gomon = torture
Yume = rêve ( se prononce Yumé )


___________________

Bon, et bien voilà un chapitre de plus Smile



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Fille des Enfers
Admin
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 02/04/2011
Age : 21
Localisation : Quelque part sur Terre

MessageSujet: Re: Au secour de notre héros   Dim 14 Aoû - 21:56

Et voilà le 3 :

Retrouvailles :


Vers cinq heures du soir, Hyunckel et Larhalt arrivèrent enfin au palais du Papnica. À peine rentré dans l'enceinte des jardins du palais, ils aperçurent trois personnes qu'ils connaissaient bien. Il s'agissait de Avan, Merle et Pop. Dès que le nouveau roi de Carl les vit, il les appella :

- Hyunckel, Larhalt !! Quel bon vent vous amène ??

Après hésitation, car il est vrai que le sujet d'une nouvelle menace est un peu difficile a entamer, Hyunckel y renonça, et demanda alors à ses amis la raison de leur venue. Pop et Merle se fixèrent l'air grave, et Pop se décida à prendre la parole :

- Et bien, il s'est passé quelque chose d'étrange sur Dermlin. Les monstres sont redevenus fous, signe de la présence d'un ennemi. Et comme si ça ne suffisait pas, Merle a eut une vision avant de s'évanouir.

- Plus j'y pense, continua Merle, et plus je suis certaine de ce que j'ai vu, c'était bien des dragons, j'en suis certaine.

En entendant ces paroles, les deux guerriers tiltèrent. Larhalt reprit alors le fil de la discussion :

- On en a vu. On a vu deux dragons.

- Pardon ?? demandèrent en coeur Pop, Merle et Avan.

- Oui, reprit Hyunckel, on a vu un dragon de couleur cendre, et un de couleur neige. Les deux étaient plutôt puissant.

Tous baissèrent les yeux, ils avaient chacun compris que ce n'est pas une menace à prendre à la légère. Les adversaires sont assez fort, et ils dégagent une aura assez puissante pour que Merle s'évanouisse lors de sa vision, ce qui n'était jamais arrivé, même lorsqu'il s'agissait de Vearn, le Dieu du Mal. Hyunckel continua :

- Et vous maître, que faîtes-vous là ??

- Et bien, commenca Avan, l'équipe de Chiu en ont combattu aussi. Crocodin m'a dit qu'il y en avait trois : un bleu, un rouge et noir, et enfin, un violet. Et l'un d'eux était assez fort pour pousser Hym dans ses derniers retranchements à ce que j'ai compris.

- Et où sont-ils en ce moment ? demanda Larhalt.

- Près de la forêt, il y a trop de monde par ici, ça les mets mal à l'aise.

Afin de relever l'ambiance qui, était devenue extrêmement pessimiste, Pop remarqua d'un ton qui se voulait très, très moqueur :

- C'est vrai que, Crocodin ne passe pas vraiment inaperçu !!

- Désolé d'être grand, Pop, fit une voix.

Crocodin était arrivé avec Hym et Chiu lorsqu'ils ont aperçu Larhalt et Hyunckel arriver. L'ancien roi des fauves posa une main sur l'épaule de Pop qui reprit la discussion, un peu gêné :

- Tiens, Crocodin, on parlait de toi, justement !!

- J'ai entendu.

- Hum, heu, je .. Je disais ça pour rigoler, hein ?? Sans rancune, ah, ah

Pour seule réponse, Pop se prit une tape derrière la tête. Histoire de changer de sujet, le magicien reprit :

- Léona n'a toujours pas terminé ??

- Terminé quoi ?? demanda Larhalt

- Et bien, expliqua Avan, quand on est arrivé prévenir la princesse Léona de cette nouvelle menace, elle et Flora ont décidé de prévenir les autres avant de faire quoi que ce soit.

- Les autres, qui ?? demanda Larhalt

- Bah, il y a Maam, Nova, Don Berk, et enfin, Matorif, répondit Pop.

C'est à ce moment qu'Aimi arriva. Elle rejoigna le groupe et les prévînt que la princesse Léona avait terminé d'envoyer des messagers à la recherche de leurs alliées. Celle-ci leur demanda des les rejoindre dans le grand salon du palais. Pop remarqua :

- Y'a juste un hic, il est où ce salon ??

- Et bien, répondit Aimi, je vais vous y conduire.

- Ça aiderai bien, merci !!

Sur ce la sage mena la petite troupe à ce fameux salon, prenant le soin de fuir Hyunckel du regard, bien que celui-ci le remarqua. Lorsqu'ils arrivèrent, une petite fille d'à peine un an qui était dans les bras de la reine Flora tandis les bras vers la troupe. Plus particulièrement vers Avan, vers qui tout les regards se tournèrent. Il commença un peu gêné :

- Bah, pourquoi vous me regarder tous comme ça ??

- Vous vous lancez dans le baby-sitting, maître ?? se moqua Pop.

Mais cette moquerie se retourna contre lui. Avan reprit à l'encontre du magicien :

- Voyons, Pop. J'ai commencé le baby-sitting le jour où je t'ai pris pour disciple.

L'effet, plus qu'immédiat, fut de faire éclater de rire la petite équipe, au plus grand désarroi du magicien. Et comme si ça ne suffisait, son maître en rajouta, en prenant un air des plus nostalgique :

- Ah, tu étais si mignon enfant. Une petite bouille innocente, avec un sourire tellement naif, et des yeux pures. Comme tous mes disciples d'ailleurs, ils étaient tous si mignons dans leur enfance. Que de souvenirs !!

- J'aurai bien voulu voir ça, se moqua Crocodin, (toujours au plus grand désarroi du magicien)

- Oh, et bien dans ce cas, commença Avan, je te donnerai des photos, je dois bien en avoir quelques part.

- Tiens, pour moi aussi alors, demandèrent en coeur Larhalt, Léona, et Hym, ainsi que Merle, mais celle-ci fut tellement discrète dans sa demande qu'elle passa presque innaperçu.

- D'accord, d'accord, tiens je vous en donnerai des de Maam aussi. Elle était tellement mignonne que je passai plus de temps à la prendre en photo qu'à l'entraîner. J'en ai même des où elle en en kimono, c'est trooop mignon.

Pop réagit au quart de tour.

- Ah bah, j'en veux aussi des comme ça, maître, fit le magicien.

- Est-ce que vous en avez des deux autres, aussi, demanda Larhalt.

- Mais tais-toi, Larhalt, fit discrètement Hyunckel à l'attention du lancier.

Discrètement, mais pas assez. De ce fait, tout le monde l'entendit et tout les regards se tournèrent vers l'épeiste et le fixèrent. Mal à l'aise. Trèès mal à l'aise, Hyunckel tourna le regard immédiatement. Et comme pour remuer le couteau dans la plaie, Avan en rajouta :

- Bah, pourquoi tu tournes la tête, Hyunckel ?? Tu n'as pas à avoir honte, toi aussi, tu étais très mignon quand tu étais petit.

- C'est pas la question !! répondit le guerrier extrêmement mal à l'aise.

Pour courronner le tout, Avan prit un air nostalgique avant de continuer en ingorant complètement le fait qu'il mettait son premier disciple dans un embarras incomensurable :

- Ah, oui, il était si mignon à cette époque avec les cheveux en batailles et sa petite épée, toujours à ce demander le pourquoi du comment !! Aaah, c'était le bon vieux temps !!

Après avoir traiter son ami lancier de triple-crétin pour avoir lancer cet abruti d'Avan là-dessus, pour changer de sujet, Hyunckel reprit en désignant la petite fille :

- Au fait, vous pouvez nous expliquer qui c'est, maître ??

Appréhendant cette question, Avan fixa l'enfant en question, et fuit encore la réponse :

- Et bien, cette charmante enfant se prénomme Suzumé,

- Vous ne répondez pas à la question, maître, fit Pop plus qu'insistant bien qu'il avait deviné la réponse de cette question depuis longtemps, comme toutes les autres personnes de la pièce d'ailleurs.

- Ah, heu, et bien, heu, commença Avan, on doit d'abord parler de cette fameuse menace, du danger que représente ces dragons si puissants, finit-il en fuyant encore une fois.

Certaine qu'il n'était pas décidé à répondre correctement, Léona le fit à sa place afin de faire avancer la discussion, car personne ne lâcherai l'affaire si facilement :

- Voyons Pop, tu n'as toujours pas deviner ? Cette charmante enfant du nom de Suzumé est le fruit de l'amour entre Maître Avan et la reine Flora !!

- Oh, mais pourquoi ne pas l'avoir dit plus tôt, fit Pop ironique, félicitations maître !!

- Oui, félicitations !!

- Sincères félicitations !!

- Heu, oui, oui, merci, mais maintenant, il faut vraiment parler de ces fameux dragons, fit le concerné extrêmement gêné.

En voyant ça, Pop réagit pour le mettre encore plus dans l'embarras, histoire de se venger de son humiliation de toute à l'heure, et fit remarquer à toutes les personnes présentes dans cette pièce :

- Je rêve où il rougit ??

- Tu rêves pas, lui répondit Crocodin en entrant dans son jeu.

- Vous pouvez pas être sérieux deux minutes !! s'écria Avan plus que mal à l'aise.

Cette réaction lui rapporta le rire moqueur de chacun. Vexé, Avan s'assit sur un fauteuil avec Suzumé sur les genoux, et attendit que l'un de ces moqueurs redevienne sérieux afin de commencer à débattre de ce qu'il faut faire vis à vis des dragons. Quand enfin le silence revînt, c'est Léona qui engagea cette conversation délicate :

- Je commence par vous avertir, j'ai pu envoyer Appolo chercher Don Berk et Nova près de ton village natal, Pop. J'ai aussi pu trouver Matorif, et j'ai envoyer Marine le chercher, mais personne ne sait où est Maam.

- Et il n'y a aucun moyen de la prévenir ?? demanda le magicien.

- Pas à ce que je saches, on devra donc ésperer la trouver en temps voulu, car on ne peut pas la joindre. A moins peut-être que grâce à tes dons, tu peux la trouver, Merle ??

- Je ne penses pas que ce soit utile, fit une voix pas très étrangère.

Bien entendu, chacun reconnu la butôka arriver par la porte menant au hall d'entrée suivit d'un garde. Avec elle, une petite enfant aux cheveux noirs corbeaux et aux yeux de la même couleur. Sans réfléchir, Pop demanda alors la question que chacun se posait, mais il n'a peut-être pas choisi les bons mots :

- Bah, Maam, t'es pas un peu jeune pour être maman ??

La réaction ne se fit pas attendre. 3 .. 2 .. 1 Coup de poing made in Maam à destination du visage du Daimadoshi. Celui-ci se retrouva complètement la tête à l'envers enfoncé dans le mur, tandis que la jeune fille souriait innocement, ce qui la rendit trèès effrayante sur le coup. La petite se rapprocha alors encore plus de Maam, en s'accrochant à sa tunique. Léona intervînt pour reprendre la même question avec un peu plus de tact :

- Dis, au lieu de détruire mon palais, tu pourrais nous présenter ??

- Contente de te revoir, Léona. Je te présente Yumé, son prénom signifie Rêve.

- Tu ne réponds pas vraiment à la question, Maam, intervînt son enseignant.

Pop ironique fit remarquer aux autres que ces paroles lui rappelle quelque chose dans une discution qui eut lieu un peu plus tôt. Avan fit mine de l'ignorer et attendit la réponse de Maam, qui ne comprit pas grand chose des sarcasmes de Pop. Elle expliqua alors rapidement sa rencontre avec Yumé, et s'attarda sur l'ombre étrange, la bête qui poursuivait l'enfant. A ces mots, chacun tiltèrent. C'est Hyunckel qui le fit remarquer :

- Un de plus.

- Pardon ??

- Un dragon de plus.

- Comment ça ''de plus'' tu en a vu aussi.

L'epeiste acquiessa, et Avan expliqua alors toute la situation à Maam. Le silence tomba alors sur la salle, mettant ainsi une ambiance des plus désagréable, que le magicien cru bon de briser par une blague des plus foireuse :

- En résumé, il y a un méchant de plus à qui botter le cul, c'est ça ??

Après quelques rires contenus, l'ambiance redevînt plus détendu. Léona continua alors :

-Bon, étant donné le manque d'information dont on dispose, c'est inutile de chercher une stratégie. La meilleure chose à faire, c'est de rester en équipe et de s'entraîner en attendant que quelque chose se passe. Personne n'a d'objection ??

- Nan, chef, fit Pop ironique ce qui lui rapporta une claque dans la figure.

- Reste à régler le problème de dortoir, reprit Avan. Comme il faut rester en contact, le mieux, c'est de rester au même endroit.

- Il me semble facile de remédier à ce souci, maître Avan, intervînt Léona optimiste. Il y a largement assez de chambre dans ce palais pour tout le monde !!

- Mais Léona, fit Maam, tu n'as pas peur que de ce fait ce soit Papnica qui soit attaquer en premier, et de ce fait, mettre ce pays en danger ??

- Ben non, justement. Si tout le monde et là, il n'y a rien à craindre. A mon avis, le grand méchant viendra pas de lui même dès le début, il va envoyer un sous fifre, et aussi puissant que sont ces dragons, si on est tous ensemble, ça m'étonnerai que l'on perde face à un simple soldat !! Et à cemoment là, on aura plus d'informations sur nos ennemis, et on pourra enfin lancer une offenssive !!

- Vu comme ça, je n'ai rien à redire, Léona.

- Sans compter qu'on a une infime chance de retrouver Dai, intervînt le magicien.

A ces mots, Léona sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle qui voulait tant le revoir, ce serai possible ?? Elle interrogea Pop du regard, et celui-ci acquiessa. Ne tenant plus, elle lui sauta dans les bras, tellement contente de cet espoir. Pop fut des plus gêné.

Quelques heures plus tard, Léona attribua une chambre pour deux. Toute la petite bande restait néanmoins éveillé dans le salon pour parler de ce qui s'était passé cette dernière année, et bavarder de tout et de rien. Léona était des plus joyeuse suite à l'espoir de retrouver son héros qui lui avait tant manqué. Pop reprit :

- Eh, Léona, c'est pas sûr, on a une chance, mais c'est pas gagner d'avance !!

- Il faut partir de façon optimiste, Pop !!

- Mais je ne veux pas te donner de faux espoirs, Dieu seul sait comment tu réagirais !!

- Tu portes une lourde responsabilité, Pop, intervînt Maam. Que vas-tu faire si par malheur, tu t'es trompé ??

- Je préfère ne pas y pensé !! Mais au fait, ça ne te déranges pas que la petite te colle ainsi ??

Le magicien pointa Yumé, endormie sur les genoux de Maam. Les autres se posait la même question. Larhalt rencquéri en faveur de Pop :

- C'est vrai, moi j'aimerai pas !!

- Oui, mais après ce qu'elle a vécu, je ne peux pas la laisser seule. Je serai trop inquiète.

- Tu la connais à peine pourtant, remarqua Aimi.

- Oui, mais elle me considère déjà comme sa grande sœur, alors je ne peux pas l'abandonner.

Hyunckel écoutait la conversation de loin en regardant par la fenêtre. Il reconnaissait bien la jeune fille qui lui a ouvert les yeux il y a un an. Maam était bel et bien resté la même. Chaleureuse et tendre envers tout le monde. Même envers cette petite Yumé qu'elle ne connaissait pas. Elle va encore se rajouter des soucis, se dit-il.

Puis la fatigue arriva et tous allèrent se coucher en vu de le prochain combat, Yumé partageant la chambre de sa '' grande sœur ''.



Suzumé = moineau

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dai-no-daiboken.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au secour de notre héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au secour de notre héros
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les instruments de musique de notre époque
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» Notre cher et tendre Kyo !!
» "Inscrivons notre région pour la 11ème édition"
» faire une sauvegarde de secour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dai no Daiboken - La quête de Dai :: Les Créations :: Les Créations :: Les Fan Fictions-
Sauter vers: